Justice pour les personnes LGBTQ+

L’identité ou l’expression de genre sont fondamentalement des droits humains. La communauté LGBTQ+ est diversifiée, et plusieurs de ses membres sont toujours confrontés à différentes formes de discrimination en raison de leur orientation sexuelle, leur identité de genre ou l’expression de leur genre. Les gens sont souvent exposés à des risques accrus de violence à l’intersection de leur expression de genre ou leur sexe et la race, la citoyenneté ou d’autres questions identitaires. D’autres types d’oppression systémique accroissent les risques de discrimination pour les femmes, les personnes trans ou non-binaire. Nos institutions continuent de laisser tomber les membres de la communauté LGBTQ+, et cela ne devrait jamais se produire.

Notre politique pour la justice pour les personnes LGBTQ+ reconnait que cette communauté est confrontée à de la discrimination accrue selon la race, la classe et la langue, alors nous devons chercher à appuyer de différentes manières les gens de la communauté LGBTQ+. Les personnes vulnérables sont les personnes trans, les jeunes queer qui méritent un accès équitable aux soins de santé, et des programmes publiques qui soient le reflet de leurs besoins.

Créer un accès équitable et non-discriminatoire aux services de santé pour les personnes trans

En ce moment, les services de santé ne sont pas accessibles au sens large pour les personnes trans qui cherchent à avoir accès à des soins de santé dans leurs communautés. En tant que chef du NPD, je travaillerai afin de développer une stratégie nationale pour la santé de la communauté LGBTQ+ mettant l’emphase sur la santé des personnes trans.

La stratégie nationale augmentera la capacité institutionnelle à faire de la recherche et identifier où sont les inégalités de santé, pour les combler afin de palier aux besoins de la communauté LGBTQ+ [et les déterminants de santé] en se concentrant sur l’accès aux soins de santé de base. Cela mènera à des fonds et des bourses pour des programmes et des services dirigés par la communauté. Nous devons améliorer les services pour les personnes trans et nous devons appuyer les organisations sur le terrain qui y travaillent déjà. En offrant des bourses et du financement aux organismes locaux, nous pouvons augmenter l’accès et l’accessibilité des services santé et d’améliorer les résultats.

Par exemple, les aînés queer et les personnes trans en transition vivent des défis uniques en matière de santé. De meilleurs services doivent être offerts à tout le monde sans violence et sans discrimination.

Offrir des optIons non-binaires pour les pièces d’identification fédérales

En ce moment, les gens sont limités à deux catégories de genre pour les outils d’identification et les archives. C’est un problème pour certaines personnes trans, pour qui l’identification ne reflète pas leur identité.

En tant que chef du NPD, je vais offrir aux gens une troisième option non-binaire pour s’identifier. Ainsi, tout le monde auront une pièce d’identité qui reflète leur identité. Je vais également faire pression afin qu’une révision des méthodes de collectes de données afin que les données portant sur le genre ne seront amassées qu’en cas de besoin,

Appuyer la collecte de données pour les personnes trans

Très peu de données existent pour sur la communauté LGBTQ+ au Canada, et particulièrement sur les personnes trans. Au-delà d’avoir une troisième catégorie non-binaire pour identifier le genre lors du recensement, Statistiques Canada doit augmenter sa collecte de données sur les personnes trans, afin que l’on puisse mettre fin à la violence qui afflige la communauté LGBTQ+ au Canada.

Mettre fin à l’exclusion des hommes gais pour le don de sang

En ce moment, sans s’appuyer sur des données scientifiques, Santé Canada impose des restrictions au don de sang des hommes ayant eu un contact sexuel avec un autre homme, et aux personnes trans en raison de leur identité de genre.  La Société canadienne du sang a révisé ces politiques et devra s’engager à poser des gestes concrets pour que les critères pour les donateurs soient plus inclusifs. Une exclusion d’un an pour les hommes ayant des contacts sexuels avec d’autres hommes est injustifiée.

En tant que chef du NPD, je mettrai un terme à l’exclusion discriminatoire et transphobique pour les dons de sang.

Travailler avec les provinces pour appuyer l’ajout de protections dans les codes des droits humains provinciaux.

Je travaillerai avec les provinces pour offrir des meilleures protections à la communauté LGBTQ+, notamment pour inclure des protections pour l’identité et l’expression de genre. Cela sera un important changement culturel et symbolique pour les Canadiens et les Canadiennes, afin de comprendre et protéger les droits de la communauté LGBTQ+ dans leur vie de tous les jours.

Devenir un partenaire des provinces afin d’appuyer la jeunesse et les étudiants queer

La jeunesse queer fait partie des communautés les plus vulnérables de notre société et est confrontée à de hauts taux de suicide. Nous pouvons travailler avec les provinces afin d’offrir une meilleure en vue d’améliorer les services d’éducation et d’appui aux parents et aux jeunes. En augmentant l’offre de programmes tels que les programme parascolaires ou d’arts, nous pouvons offrir à ;a jeunesse queer des outils, la confiance en soi et l’esprit de communauté pour que ces jeunes grandissent sans avoir à être confronté par la violence ou la discrimination.

Les étudiants et les étudiantes font face à des risques cumulatifs, soit ceux de vivre avec des parents qui ne les soutiennent pas ou d’être dans un environnement qui n’est parfois pas en mesure de les soutenir. En travaillant avec les provinces et les territoires, et en appuyant les organismes de défense des droits des étudiants et des étudiantes qui les écoutent et qui leur offre le soutien qu’ils ne retrouvent parfois pas ailleurs, nous pouvons protéger les étudiants et les étudiantes et leur permettre de se défendre eux-mêmes alors qu’ils grandissent et quitte le milieu scolaire.

En tant que chef du NPD, je travaillerai avec les gouvernements provinciaux afin de les encourager à mettre en place des meilleurs programmes d’éducation sexuelle promouvant la compréhension de la réalité des relations de même sexe ou non-binaires. Je vais également promouvoir la mise sur pied d’un organisme de défense des droits accessible pour tous et toutes qui aillent à l’école ou dans un programme d’éducation au Canada, afin que les étudiants et les étudiantes à risque puissent faire appel à un source d’appui en cas de besoin.